"Jolis blancs" de la Durance

 

Les jolis blancs de la Durance, ce sont ces gaillards qui musardent un peu partout, souvent dans les courants ou les queues de rapides, mais aussi dans les zones ou l'eau semblent s'assagir.Jolis par leur poids qui dépassent le kilogramme, mais aussi parceque tous les poissons sont beaux à mes yeux...

 

 

 

 Le Barbeau 

Barbus barbus m'en a donné des souvenirs ...méfiant au possible dès que les eaux sont claires, imperturbable remueur de galets...La Durance en était "farcie", virevoltant avec les hotus Hotu au pieds des rapides et à aval des seuils....Contrairement au hotu, dont la défense est souvent molle, un barbeau au bout d’une ligne, pour peu qu’il soit de belle taille, c'est une locomotive ...un peu comme la carpe ; rien ou presque ne l'arrête...

Avant que je ne raccroche les cannes, il s'en prenait déjà beaucoup moins ...changement de milieu, disparition de la pêche "populaire" ? 

Certains le consommaient en darnes malgré ses trop nombreuses arrêtes, d'autres en faisaient des soupes …

Personnellement j'ai rarement eu le coeur à conserver un si bel animal qui repartait à l'eau pour de nouvelles aventures.

Désormais, poisson benthique et accumulateur de polluants, le barbeau n'intéresse plus grand monde...Il y a des coulées du coté des Mées ou j'en ai remarqué de très gros, mais les petites pancartes rouges Arrêtes  qui parsèment les accès à la rivière n'incitent plus beaucoup à la pêche.

Je me souviens de ces splendides barbeaux remontant l'Eze au printemps, jusqu'à la scierie de Guinde, aujourd'hui disparue, à la suite des centaines de hotus qui venaient s'y reproduire.

Nos bouquets d'asticots, achetés chez Adrien Baude, parvenaient parfois à les séduire ...mais le combat était souvent rude et perdu d'avance. 

Depuis, l'Eze a été "rectifiée" par les aménageurs soucieux de protéger des crues les habitations riveraines et de "sécuriser" de futures zones d'activité.

Certains y trouveront leur compte, mais la rivière y perdra certainement.

Un petit truc pour le reconnaître d'une hauteur, par eau claire, sa tête semble triangulaire et ses barbillons dépassent un peu de chaque côté de son museau.

 

 

 Pour revenir au chapitre "poissons de la durance" les-poissons-de-la-durance

 

 

 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Le Chevesne, ce cabot hautain ...

 

Leuciscus cephalus est comme son nom latin pourrait l’indiquer une forte tête..il serais même parfois un peu cabotin méritant le nom local de cabot ou de cabede...Bien que vorace, il ignorera le plus appétissant des appâts, dés lors qu’il aura repéré le pêcheur...il vaquera à ses occupations, gobera sauterelles et mouches, fouillera la gadoue jusqu’au ras de la rive ...Rien n'y fera !

Encore faut il qu’il dépasse le kilogramme, car en dessous il a un comportement de gardon et se laissera facilement berner.

Un poisson, considéré à raison comme inmangeable, tant sa chair est pleine d’épines (c’est ainsi que disaient les anciens) et dotée d’un goût spécial…

Poisson d’eau vive, il peut s’adapter à un milieu dégradé « raisonnablement ». Je connaissais quelques émissaires assez nauséabonds, à l’aval desquels les « meuniers » de taille respectables venaient se restaurer régulièrement...le meilleur était "l'égout Panzani", à l'aval du viaduc SNCF. A croire que les stations d’épurations modernes, ne sont plus aussi attirantes pour les poissons, je n'y ai plus fait de pêches exceptionnelles depuis bien longtemps.

Un petit truc pour épater la galerie, quand vous verrez du haut d’un pont, un poisson de belle taille dont la forme rappelle vaguement celle d’un pouce, vous pourrez sans vous tromper dire qu’il s’agit la d’un beau chevesne.

Bien qu'iil ne soit pas en voie de raréfaction, le chevesne en moyenne Durance me semble beaucoup moins abondant ...

 

 

 Chevesne d'eau vive  dans l'Ardèche à Ruoms Mai 2021

 Chevesne d'eau calme Marais le Lavours Ain Juillet 2020

 

 

 

 Pour revenir au chapitre "poissons de la durance" les-poissons-de-la-durance

 

 

 //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Vandoise 

A première vue, rien ne permet de distinguer la vandoise du chevesne, si ce n’est la taille - elle est souvent plus petite – et la rapidité de sa nage, l’expression filer comme un dard lui convient à merveille, "dard"  étant également une appellation locale de ce joli poisson.

Ce qui la différencie du chevesne, mais faut alors l’avoir en main, ce sont les nageoires, caudale très échancrée pour Leucicus leuciscus et faiblement échancrée pour Leuciscus cephalus et la bouche, petite chez la vandoise, large et blanche pour le chevesne…En outre la vandoise a un petit aire d'abette !!!

Différenciation difficile, pour deux poissons qui peuvent avoir la tentation de s’hybrider comme le font beaucoup de cyprinidés.

Les vandoises étaient autrefois nombreuses en amont de la ferme des quatre tours à Pertuis, les quatre tours ou j’avais l’habitude d’aller les pêcher à la mouche … (au buldo pour les connaisseurs)...au défilé de Mirabeau, bien avant la construction de l’autoroute, elles étaient majoritaires avec le vairon (le hotu, étant abondant partout à l'époque, je pense qu’on peu le considérer comme étant hors catégorie)

Bien que réputée meilleure que le chevesne, la vandoise est à mon avis indigne de la poêle à frire.

 

 

 Pour revenir au chapitre "poissons de la durance" les-poissons-de-la-durance

 

 

 

Pierre D le 9 janvier 2021

Vous avez des remarques concernant cet article ?

Vous pouvez nous joindre ou nous rejoindre en nous contactant  

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.